Communiqué de presse

En train vers demain ! Le Gouvernement Fédéral adopte la Vision Rail 2040

Ce vendredi 6 mai 2022, à l'initiative du Vice-Premier Ministre et Ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet, le Conseil des Ministres a approuvé la Vision Rail 2040. Une première dans l’histoire ferroviaire et politique belge! Avec ce document, le gouvernement fédéral fixe un cap clair, ambitieux et motivant qui permettra d’assurer la cohérence et la solidité des décisions à prendre en matière de politique ferroviaire pour les 20 prochaines années. L’amélioration continue de l’efficience et du service aux clients, qu'il s'agisse des passagers ou des entreprises, est au cœur de cette démarche originale.

Georges Gilkinet : « Aujourd'hui, nous mettons le train de demain sur les rails. Pour la première fois, nos entreprises ferroviaires, mais aussi l’ensemble des parties prenantes, disposent d'une vision à long terme dans le but d'offrir au client le meilleur service possible. De cette manière, le gouvernement fédéral veut écrire l’avenir du rail belge, avec l’objectif d’attirer encore plus de personnes et d'entreprises vers le train, le moyen de transport le plus écologique. Grâce à cette vision, tous les acteurs publics et privés du train pourront prendre les meilleures décisions pour préparer demain ! »

 

Une vision ferroviaire ambitieuse pour des réponses adaptées aux grands défis

 

Après trop d’années de désinvestissement dans les chemins de fer, le gouvernement fédéral met en œuvre l'ambition de faire du train la colonne vertébrale de notre mobilité. Notre pays est confronté à des défis gigantesques en matière de dérèglement climatique, de lutte contre la pollution atmosphérique et de congestion du trafic, mais aussi de sécurité routière, d'explosion des prix des carburants et d'indépendance énergétique. "Le train est une réponse à chacun de ces défis. A condition de faire des choix clairs et efficaces, tant sur le plan organisationnel et réglementaire que sur le plan budgétaire et économique. Des choix qui reposent sur une réflexion approfondie de la mobilité que nous voulons pour demain et après-demain. En outre, cette vision va aider nos entreprises ferroviaires à préparer l'avenir, au vu de la libéralisation du marché du transport de passagers voulue par l'Europe», poursuit Georges Gilkinet.

 

 

 

 

 

 

Plus de passagers et plus de fret sur les rails

 

A politique inchangée, le Bureau fédéral du Plan a récemment estimé que le nombre de passagers du rail n'augmenterait pas.  Aujourd'hui justement, le gouvernement fédéral choisit

explicitement de ne pas poursuivre le "business as usual", mais plutôt de se donner les moyens d'attirer davantage de passagers et d'entreprises vers le train. La part de marché du train (le nombre de personnes qui choisissent le train plutôt qu'un autre moyen de transport) est aujourd'hui de 8% pour le transport des passagers et doit passer à 15% d'ici 2040. La part de marché du fret doit passer de 12 à 20 % d'ici 2040.

 

Un train toutes les 15 minutes autour des grandes villes - Un train toutes les 30 minutes sur le reste du réseau

 

Dans la vision 2040, l'usager est au cœur du projet. L'objectif est que les voyageurs puissent compter sur des liaisons de plus en plus fluides et fiables, avec un choix maximal de destinations, un train toutes les 30 minutes sur tout le réseau et toutes les 15 minutes autour des grandes villes, ainsi qu’un horaire intégré. Autres améliorations de taille : l'accessibilité des gares et des trains, une politique tarifaire attractive, des gares vivantes et une meilleure information des passagers. Pour le trafic ferroviaire international, la position concurrentielle avec le trafic aérien sera améliorée grâce à des trains de nuit et à grande vitesse ainsi qu'un service ferroviaire connecté aux capitales européennes au départ de Bruxelles, comme hub ferroviaire naturel.  Pour le transport de marchandises également, les besoins des entreprises qui utilisent les chemins de fer seront mieux pris en compte avec une plus grande fluidité de service, une politique de stationnement et de triage améliorée, une meilleure planification des travaux ferroviaires, etc.

 

Un rail plus vert et interconnecté

 

Le train est déjà par définition le moyen de transport le plus durable, mais il existe encore des marges de progression. L'objectif est d'utiliser 100 % d'énergie verte et d’accorder une attention encore plus importante aux enjeux d’environnement et de biodiversité dans le fonctionnement journalier des entreprises. En outre, les entreprises ferroviaires doivent montrer l'exemple, en augmentant le recyclage et la circularité, grâce à des marchés publics durables et par la production d'énergie renouvelable.

 

Enfin, l'intermodalité est au cœur du plan "Pour faire du train la colonne vertébrale de la mobilité, le train devra être connecté aux autres solutions de transport régionale et une accessibilité multimodale des gares par des modes actifs et/ou partagés sera systématiquement assurée.

Dans le futur, les horaires des différents modes de transport public seront mieux coordonnés. Et toutes ces décisions feront de la mobilité une véritable liberté", conclut le Ministre.

 

 

Trouvez ici un document synthétique sur la Vision Rail 2040 : Rail2040_FR.pdf

 

 

 

Nota Bene:

La Vision Rail  2040 fait partie de la stratégie globale « En train vers demain » qui comprend différentes étapes dont les plus importantes à venir sont le contrat de service public avec la SNCB, le contrat de performance avec Infrabel, les plans pluriannuels d’investissement et le masterplan pour le fret ferroviaire. Tous documents actuellement en cours d’élaboration et de négociation.